• Accueil
  • > l'aventure des maillots de foot

Archive pour la Catégorie 'l’aventure des maillots de foot'

LA JOIE dans le sport

 » Existe-t-il une expérience plus désirable que celle de la joie ?
Plus intense et plus profonde que le plaisir, plus concrète que le bonheur, la joie est la manifestation de notre puissance vitale. La joie ne se décrète pas, mais peut-on l’apprivoiser ? La provoquer ? La cultiver ?
Frederic Lenoir ( la puissance de la joie)

2016 débute dans la joie avec nos jeunes sportifs au sud Kivu et Burundi. MERCI à eux et aux donateurs ; le FC Serrières, le Cis sport et loisirs MARIN , la fondation Gilbert Facchinetti et tous les autres acteurs d’UN SEUL BUTaux couleurs du FC Serrières cool les gars cool man ensemblepetits tennismansfraternité FullSizeRender IMG_1520

LE FC KRIENS, grand donateur pour UN SEUL BUT, voit ses maillots portés par les jeunes sportifs-ves congolais

les petits écoliers de l'école primaire de KatanaFC KRIENSvert blanc noirextrême_gauche,_capitaine_Kilongo,_6ème_CA_IramboFilles joueuses Inst Irambotri du matériel FC Kriens

Grande joie pour nous de voir cet article sur Un SEUL BUT. Nous remercions encore chaleureusement le FC KRIENS pour leur don de matériel sportif.

Nous continuons notre récolte de matériel….. alors n’hésitez pas à en parler dans vos clubs de sport, autour de vous…. Chaque paire de chaussures, chaque ballon, chaque maillot a son importance et permet à nos projets de sport-éducation de perdurer.

© 20 minuten online; 21.12.2014

Hilfe in Afrika: Kleine Kongo-Kicker spielen im Kriens-Trikot

Fussballtrikots für eines der ärmsten Länder der Welt: Der SC Kriens spendete Trainings-Utensilien an eine Hilfsorganisation für Kinder im Kongo.

Die Demokratische Republik Kongo gehört zu den ärmsten Ländern der Welt. Auf dem Human Development Index der Vereinten Nationen belegte der Staat 2013 den zweitletzten Platz. Das monatliche Einkommen liegt laut Fastenopfer zwischen acht und 160 Franken. Die Lebenserwartung beträgt lediglich rund 50 Jahre.

Die Organisation «Un seul but» arbeitet in diesem schwierigen Umfeld und hat sich zum Ziel gesetzt, Kinder und Jugendliche in den Ländern Burundi und Kongo mehr für den Sport zu begeistern und die Bildung zu fördern. Sport verbessert laut Organisation das Leben der Kinder und schafft ein Gefühl der Zugehörigkeit.

Damit die Kinder aber überhaupt einheitliche Trikots für ihre Spiele und Trainings haben, sind sie auf Spenden angewiesen. So hat etwa Steg Electronics schon nicht mehr gebrauchte FCL-Dresses nach Afrika geschickt. Auch der SC Kriens hilft mit. So spendete der SC kürzlich via Un Seul But laut regiofussball.ch Fussballtrikots, Trainingskleider sowie Bälle an die Hilfsorganisation, die das Material dann in die Stadt Katana in den Kongo brachte.

SC Kriens engagiert sich regelmässig

Laut Ueli Mattmann, verantwortlich für das Material beim SC Kriens, will sich der SC auch sozial engagieren: «Es gehört zu unserer Philosophie, Sportliches und Soziales miteinander zu verbinden. Wir sind ein Verein mit vielen Junioren und die Förderung von Kindern und Jugendlichen liegt uns am Herzen – in Kriens, aber auch in anderen Teilen der Welt.» Der SC Kriens spende jeweils an verschiedene Organisationen. Wichtig sei, dass eine Organisation seriös sei und auch Feedback zurückkomme. Gespendet werden vor allem Trainingssachen. Neulich sei etwa der Ausrüstungspartner gewechselt worden – somit hätten die alten Trikots ausgemustert werden müssen.

Zu den Tätigkeitsbereichen von «Un seul but» gehören unter anderem das Organisieren von sportlichen Aktivitäten im Schulprogramm, das Lehren von Werten wie Respekt und Solidarität oder auch das Organisieren von sportlichen Aktivitäten in Gefängnissen. Für all das sammelt die Organisation Spenden in Form von Sport- oder Schulmaterial oder finanzieller Unterstützung. Véronique Oberli, Präsidentin der Organisation, sagte gegenüber Sport & Development: «Sport und Bildung gehören zusammen. Durch den Fussball können viele Dinge geschaffen werden.» (msa)

20 minuten online; 21.12.2014

 

Chargement du container pour UN SEUL BUT

« Rien de plus beau dans l’existence que de pouvoir allumer dans une âme le rayon de la joie » Georges Sengeris

C’est ce qu’on fait les plus de 30 bénévoles qui ont offert leur aide et soutien au chargement du container depuis le jeudi au vendredi 11h.
En unissant nos forces, nos talents, nos dons, sous le soleil de Marin et la joie dans le coeur…. nous avons rempli le container avec 6’000 kg de cartons et sacs préparés avec patience durant 15 mois, au fur et à mesure des arrivages.
Matériel de sport, ballons, souliers, matériel scolaire et médical, chaque objet a été placé avec réflexion dans le container… pas 1 millimètre perdu… voici nos journées en photos…
POUR UN SEUL BUT…. projets de sport pour apprendre à vivre ensemble

Un immense et chaleureux MERCI à tous les amis-es qui se sont joints à notre folle aventure.. depuis 2007magnifique équipe de bénévoles Antonio poussant le container apéro pour fêter la fin du chargement bravo les filles chargé et pas un millimètre de perdu dernier décompte derniers sacs des ballons des ballons Micky aux commandes Momo vérifie que chaque millimètre est rempli on décharge à tout âge on fait la chaîne Patrick et Babou au volant de la camionnette goutte de poésie joie de l'ambassadrice ON A REUSSI prêt à changer de propriétiaires soif tous pour UN SEUL BUT travail COLLECTIF y'en a encore ambassadrice comblée et félicitant son équipe

Rencontre avec une femme extraordinaire LYDIA NSEKERA

Rencontre avec une femme extraordinaire LYDIA NSEKERA dans droits de l'homme avec-lydia-nsekera-150x150 rencontre-avec-lydia-nsekera-150x150 dans l'aventure des maillots de foot au-stade-de-buja-150x150 dans promotion du sport dans la région des Grands Lacs fillette-souriante-et-son-ballon-150x150 equipe-feminine-150x150  jeune-gardienne1-150x150foot-en-couleurs-150x150 foot-foot-150x150 passion-foot-150x150passion-foot-feminin-150x150 joueuse-francaise-150x150 sarah-michael-nigeria-150x150

trio-arbitral-au-feminin-150x150 foot-a-idjwi-150x150 ladies-turn-150x150 fc-cornaux-feminin-150x150

Rencontre avec une femme extraordinaire LYDIA NSEKERA

En suivant l’actualité footballistique mondiale du mois de juin , je suis fière de vous parler ce soir d’une grande dame que j’ai eu l’honneur de rencontrer à 2 reprises, en 2009 avec toute la famille Oberli et le 26 février 2013 par un après-midi ensoleillé à Bujumbura. Cette grande dame se nomme Mme Lydia Nsekera, et est devenue la première femme dans l’histoire, élue pour quatre ans, au comité exécutif la FIFA.

Ces rencontres incroyables ont eu lieu grâce à notre grand ami Gervais, passionné du ballon rond.

C’est donc avec joie et émotion que j’ai rencontré Lydia pour parler foot, foot féminin, promotion du sport dans les écoles et échanger nos impressions. Lydia connaît notre engagement et nos projets de sport  dans la région des Grands
Lacs et nous explique que Gervais fait un travail exemplaire auprès des enfants dans les collines de Ruyigi, grâce au soutien matériel qu’il reçoit depuis quelques années, grâce aux équipements venus de Suisse.

Le sport burundais tente de se développer mais les moyens financiers sont restreints et limitent donc les envies.

De passage en Suisse en juin 2013, Patrick a eu la chance de la rencontrer et l’interviewer pour son journal LE MATIN.

Je vous laisse découvrir à votre tour son portrait, portrait d’une femme forte, courageuse, qui se mobilise pour le sport féminin……… et le sport en général dans cette région où les séquelles des conflits vécus ces dernières décennies  sont encore trop visibles.

Nos vœux  l’accompagnent dans sa noble Mission du foot mondial … et nos rêves de voir des partenariats entre les équipes de foot du BURUNDI-CONGO-RWANDA s’installer progressivement !!

Le foot…… un instrument de paix, de solidarité et de tolérance….. nos projets deviennent  réalité !

Le foot doit être accordé aux filles PARTOUT DANS LE MONDE….alors, allez les filles, faites respecter vos droits, gommer les inégalités, faites face aux préjugés….  et des femmes engagées comme Lydia vous accompagnent dans ce match mondial….

 

 

 

Lydia Nsekera est la première femme de l’histoire au Comité exécutif de la FIFA

 

Patrick Oberli   patrick.oberli@lematindimanche.ch

Texte paru dans le Matin Dimanche du 7 juillet 2013  Lausanne

Avant son élection, elle a travaillé dans une brasserie et un garage

Juillet 2009, Bujumbura. Lydia Nsekera arrive à pied au Stade Prince-Louis-Rwagasore, enceinte nationale du Burundi. Dans ce pays de l’Afrique des Grands Lacs, c’est elle la reine du ballon rond.
Depuis cinq ans, elle dirige la Fédération de football du Burundi (FFB).Une gageure dans cet Etat
sans moyens, où les professionnels de première division gagnent 35 francs suisses par mois. Une gageure aussi pour une femme dans cette société où les hommes se considèrent comme les maîtres absolus. Une gageure encore car, dans l’histoire du continent, jamais une femme n’avait dirigé une fédération de football.

A l’abri des coups

Pourtant, elle tient, Lydia Nsekera. Envers et contre tout, «grâce à ses principes». Et une intégrité qui la place à l’abri des coups de ses adversaires. Il y a quatre ans, elle expliquait qu’elle aimerait bien trouver «un sponsor qui offrirait à la FFB des équipements de jeu pour les équipes juniors du pays», histoire de remplacer les vieux maillots verts en nylon, troués et tachés, qui avaient dû être modernes au milieu des années 1980.

Juillet 2012. Palace de Lausanne. Le décor a changé, mais pas la personne: grande, jeans et polo, des yeux noir vif. Lydia Nsekera vient assister à la session extraordinaire du Comité international olympique. Les couloirs feutrés et bourrés de personnel du service de sécurité de l’hôtel illustrent un incroyable grand écart. Le contraste offre un décor parfait à l’un des destins les plus incroyables du monde sportif.

En moins de dix ans, Lydia Nsekera est passée d’un emploi d’auditrice interne de la Brarundi, la brasserie nationale du Burundi appartenant au groupe Heineken, au cénacle fermé du CIO, où elle a été élue à titre individuel en 2009. Mieux encore: Lydia Nsekera est également la première femme élue pour un mandat de quatre ans au Comité exécutif de la FIFA. C’était à fin mai à l’île Maurice. Une destinée improbable pour une personnalité que la vie n’a pas épargnée. Un parcours auquel jamais elle n’aurait songé lorsque, en 2000, elle était entrée à la FFB pour s’occuper de promouvoir le football féminin dans un pays macho et déchiré par les conflits ethniques.

La lettre de son père

«Je n’ai jamais fait de football, mais j’ai toujours baigné dedans. Dans les années 70, mon père était propriétaire d’un petit club. Chaque weekend, les joueurs venaient à la maison pour le rassemblement d’avant match. Puis je les accompagnais au stade», explique aujourd’hui la femme la plus puissante du football mondial. Un rituel à la «Facchi» qui s’est achevé avec l’arrestation de son père après la chute de la 1re République en 1978: «Il était proche du premier président, c’est pour cela qu’il a été emprisonné. C’est comme ça en Afrique.»

La petite fille avait 11 ans. Cela a changé sa vie: «Il m’a écrit depuis la prison. Il m’a écrit que j’étais l’aînée, que je devais prendre soin de ma mère et de mes frères et soeurs. Cette lettre, je l’ai toujours avec moi.» La main sur le coeur, Lydia dit que ces mots lui rappellent ses responsabilités, mais qu’ils l’aident aussi à garder un certain recul: «Mes racines sont dans la famille royale du Burundi. On a vu certains de ses membres devenir des grands princes, avoir des chefferies, puis, du jour au lendemain,
tomber au plus bas de l’échelle sociale. On ne contrôle pas ses bonheurs ni ses malheurs. Je ne vais pas rire aux éclats quand le destin est favorable, ni pleurer toutes les larmes de mon corps quand il est difficile.» Désormais, Lydia Nsekera côtoie Jacques Rogge ou Sepp Blatter, mais elle préfère garder une certaine distance face au succès.

Peut-être parce que, avant, la vie ne l’a pas épargnée. En 2003, son mari est emporté par le cancer. Elle se retrouve veuve avec deux garçons, Stéphane (16 ans), qui souffre d’une trisomie 21, et Geoffrey (14 ans). Ainsi qu’un garage, le Tanganyika Car, et vingt employés à gérer. Alors, quand une année plus tard les clubs du pays lui ont demandé d’être leur candidate à la présidence, elle a vraiment hésité. «Ma belle-famille n’était pas favorable. Mais j’aiécouté ma mère.» Les racines encore et toujours. «Finalement, j’ai accepté en posant des conditions. Notamment, je ne voulais pas que l’on m’insulte en public parce que j’étais une femme.
Et j’ai gagné.» Gagné surtout le droit de crouler sous les problèmes, d’évacuer la corruption endémique du milieu, qui était même venue à bout des compétitions nationales. «Il n’y avait plus de championnat, il a fallu tout reconstruire.» Ce qu’elle a fait en n’oubliant jamais les femmes. «Aujourd’hui encore, je ne signe rien s’il
n’y
a pas un volet féminin dans ce que l’on me propose.» Elle a également décrété que l’entrée
des stades serait gratuite pour toutes les dames. «Mais, presque dix ans
plus tard, les hommes n’emmènent toujours pas leur épouse au match.» 

 «Nous n’existons pas»

Ses principes, son intransigeance et sa capacité de garder la tête froide lui ont valu un surnom: «Mme Thatcher ». Loin de la blesser, la référence fait sourire cette diplômée en économie. «C’est un hasard. Mais il se trouve que depuis toujours j’ai considéré cette femme comme un modèle. Elle s’est dévouée pour son pays, pour la collectivité. C’est une battante, et j’aime les femmes qui se battent.» Désormais, la Burundaise se bat pour la promotion du football féminin au niveau mondial: c’est la mission que lui a confiée le collège suprême de la FIFA, dirigé par Sepp Blatter.

Malgré cette consécration mondiale, Lydia Nsekera n’oublie pas son ordre de marche premier: faire réapparaître son pays sur la carte mondiale du football. «Chez nous, tout le monde joue au football. Pourtant, nous n’existons presque pas, nous n’en avons pas les moyens financiers. Nous n’avons jamais participé à la CAN, notre visibilité est presque nulle.» Pour un «pro» du pays, la seule aspiration est de taper dans l’oeil d’un club congolais, tanzanien ou rwandais, où les salaires sont un peu plus élevés.

Dans le couloir du Lausanne-Palace passe Thomas Bach, candidat favori à la succession de Jacques Rogge à la tête du CIO. Les élections se dérouleront en septembre prochain à Buenos Aires. Lydia Nsekera, comme membre du CIO, y sera et votera. L’Allemand s’arrête, sourit, s’enquiert de sa santé et de son niveau de fatigue. Tout un symbole pour celle qui rêve d’une reconnaissance internationale pour son pays.

 

LE SPORT TISSE DES LIENS ET CREE DES SYNERGIES entre les hommes du monde entier…

LE SPORT TISSE DES LIENS ET CREE DES SYNERGIES entre  les hommes du monde entier... dans droits de l'homme joyeuse-equipe-150x150 joie-et-fierte-du-groupe-de-judo-150x150 dans l'aventure des maillots de foot le-sport-au-dela-du-handicap-150x150 dans promotion du sport dans la région des Grands Lacs echauffement-judo-150x150 dans voyage sud Kivu-Burundi 2013jeunes-enfants-du-centre-akamuri-150x150fillette-en-rose-150x150rachel-jeune-judoka-charismatique-150x150 vero-parmi-les-jeunes-judoka-150x150 seance-de-travail-gervais-vero-150x150 petite-famille-sportive-150x150 le-sport-tisse-des-liens-entre-passionnes-150x150 skype-relie-les-amis-150x150 vianney-et-raul-connectes-avec-thibaud-et-babou-150x150 interview-willy-gervais-150x150 quatuor-burundais-150x150

Bujumbura, mardi 26 février 2013

Je vis les dernières heures de mon voyage sur cette terre rouge des Grands Lacs et j’emmagasine un maximum de chaleur pour vous la partager dès mon retour.  Nous profitons un maximum du temps à disposition avec les amis du Burundi : les Gervais, Willy, Audace, Vianney et Raul.

Audace, notre ami journaliste engagé,  m’a présenté une personne incroyable : une jeune femme burundaise, grande sportive puisqu’elle ceinture noire en judo…. première femme burundaise à atteindre ce haut niveau sportif !!! En plus d’être douée, elle est simple, généreuse et très charismatique. Elle fait
beaucoup pour promouvoir le sport féminin, accompagnée de sa soeur Jeanine, présidente de la commission du foot féminin burundais.

Rachel me donne rendez-vous ce matin 09h00 pour aller visiter un centre pour jeunes enfants hadicapés mentaux, le centre AKAMURI ( qui symbolise
un flambeau, la lumière que l’on peut apporter…).

A peine arrivées, les enfants courent pour venir nous saluer…. le but de notre visite est d’assister à l’entraînement de judo donné 1x par semaine par des judokas bénévoles… les enfants sont là, certains habillés fièrement de kimonos.. tous ont un sourire rayonnant !

Rachel revêt son joli kimono blanc et à sa taille une ceinture noire attestant de son haut niveau de compétition. L’échauffement peut commencer…. salutations et petite course, exercices seuls ou en duo…. le sport est là pour l’épanouissement des enfants, bien-être physique et moral, la concentration et la détente, la
confiance en soi malgré un handicap parfois lourd comme la trisomie 21, l’autisme ou un retard mental important. Le sport gomme toutes les différences, met les enfants à égalité…. c’est très émouvant. Un grand gars, Willy , participe aux championnats burundais …un géant qui rivalise sans complexe avec d’autres
sportifs dit «normaux ».

Rachel maîtrise son art avec grâce et professionnalisme…. les enfants s’éclatent, la concentration se lit sur leurs visages lors des exercices difficiles, les rires fusent aussi, mais le plus émouvant sont la fierté dans leur regard et les sourires inondant leur visage…

Un jeune enfant autiste vient me chercher car il souhaite que j’aille dans leur classe…. une dizaine d’enfants sont là, certains s’occupant avec des jeux, d’autres sont perdus dans leur monde intérieur… Un jeune éducateur  en stage les encadre avec douceur et patience…

Après quelques exhibitions de combat, nous faisons de belle photo de cette famille du judo.

Ensuite, nous avons la chance de visiter le centre dans son ensemble…. salles de classe selon les âges et les pathologies, salle de kiné et traitement, salle de gym, réfectoires….. à chacun de nos déplacements, les enfants sont là… nous donnent la main, veulent être pris en photos…. ils sont tous très affectueux….

Je suis très reconnaissante à Rachel de m’avoir permis de vivre ce merveilleux moment et cela donne une nouvelle dimension à notre vision du sport…. le sport est ouvert à tous, sans tenir compte de l’âge, du sexe, de la religion, de l’origine ethnique et de l’état de santé mentale…. C’est génial !!

Après être rentrées à l’hôtel, nous partageons notre expérience avec Gervais, notre ami passionné de foot et Willy le journaliste…. je dois préciser que les associations sportives au Burundi fonctionnent chacune dans leur domaine et que les sportifs-ves ne se connaissent…. et là, le miracle se produit car chacun raconte et partage son sport……

LE SPORT TISSE DES LIENS ET CREE DES SYNERGIES…..

c’est MAGNIFIQUE…. de voir que ces personnes engagées bénévolement, ici en Afrique comme en Suisse le font pour le bien-être des enfants et des jeunes…

Je vous cite un paragraphe du travail de Gervais auprès de ses footballeurs-ses : « Former les enfants, c’est former leurs corps, les rendre aptes à faire face aux exigences physiques. Ça les aide aussi à éviter et guérir de malformations corporelles, forme leur caractère, leur apprend à imposer des efforts considérables et continuels, à cultiver leur esprit d’équipe par l’entraide, le mouvement d’ensemble, dans la joie d’être sain et fort. Cela va contribuer au bonheur de tous nos enfants afin de former une nation saine, vigoureuse et responsable !!! Merci Gervais.

J’encourage tous ces entraîneurs et éducateurs à poursuivre leur noble mission…. et à nous de continuer de leur apporter un soutien moral et matériel…

Une autre preuve que le sport rassemble, crée des liens et des synergies entre les continents : le skype qui a offert aux amis de se relier et de partager en direct ….. vous comprendez en regardant les photos devant l’ordinateur………… moment fort et magique où seule la vraie amitié est présente….

Je termine ici………. car dans quelques heures je reprends l’avion que me ramènera auprès de ma chère famille et je dois terminer mes bagages ; bagages remplis de ce continent que j’aime tant… cadeaux, lettres pour les amis en Suisse mais surtout de la chaleur africaine, de son sens de l’hospitalité et de l’accueil…

AMBASSADRICE DU FOOT ET DU SPORT DANS LA RéGION DES GRANDS-LACS (Burundi-sud Kivu Congo)

AMBASSADRICE DU FOOT ET DU SPORT DANS LA RéGION DES GRANDS-LACS (Burundi-sud Kivu Congo) dans l'aventure des maillots de foot pose-avec-equipe-feminine-150x150 match-des-filles-avec-foule-de-spectateurs-150x150 dans promotion du sport dans la région des Grands Lacs pose-avec-equipe-feminine-kabare-150x150 dans voyage sud Kivu-Burundi 2013 concentration-du-gardien-150x150 pose-avec-les-joueurs-lyamgombe-150x150 pose-avec-les-joueurs-ecofoot-kabare-150x150 match-sous-les-bananiers-150x150sac-du-fc-ardon-avec-son-nouveau-propritaire-150x150 match-engage3-150x150 panne-de-voiture-a-kabare-150x150 abbe-jc-et-ses-parents-150x150 

 

Samedi 23 février 2013

05h00 Une nouvelle journée commence dans la ville de Bukavu, avec des bruits insolites pour une petite musungu… Toute la nuit, des travailleurs ont déchargé des caisses de bière depuis le bateau de Goma. Entre le chant du coq, les piaillements des oiseaux, les aboiements des chiens, j’entends les battements de tambours, les chants des militaires, le muezzin qui appelle à la prière dans le quartier musulman, les chants des premiers fidèles qui viennent à la messe et dont les chants sont
rythmés par le tambour….

Le jour se lève sur le magnifique lac Kivu, avec ses teintes orangées… le lac est lisse et calme ; seules quelques barques de pêcheurs viennent troubler cette sérénité…

Je tiens à dire que j’ai trouvé la région du sud Kivu assez calme. Cette partie du monde fait peur à beaucoup de monde, avec ces conflits réguliers… mais la région
des Grands Lacs est superbe, verdoyante, tropicale, les paysages changent sans arrêt….La population, malgré la pauvreté se débrouille comme elle peut pour survivre…

Mais revenons un peu à la semaine que je viens de passer, en tant qu’ambassadrice du football et représentante de la Suisse…

Dimanche 17 février, j’étais invitée officiellement par un club de renommé : les Lyangombé. Le président, un ancien grand footballeur m’avait déjà écrit pour
nous remercier des équipements donnés en 2012. Ils ont organisé des matchs pour moi et Adrien et surtout, créer des équipes féminines…

Après 1h30 de voiture ( mon chauffeur et ami est un passionné de foot Jean-Claude) , sur des routes les plus chaotiques, nous arrivons à Kabare. Nous assistons  à la messe (j’étais la seule blanche d’une assemblée de 1000 personnes……) nous nous sommes rendus chez le muani, chef du village pour les salutations protocolaires lorsqu’un invité arrive.

Ensuite j’ai la joie de rencontrer les 2 équipes du 1er match… les Lyangombé et les jeunes de l’Ecofoot. Les célèbres Lyangombé viennent de recevoir un nouvel équipement avec les couleurs du FC Bassecourt : bleu et jaune. L’Ecofoot eux, portent les couleurs jaune et noir avec l’inscription TIKI.

Le match peut donc commencer, sur un terrain bordé de bananiers, manguiers, avocatiers…..

Après la 1ère mi-temps, nous partons sur un autre terrain car il y a une grande première : 2 équipes féminines vont elles aussi recevoir du matériel et pourront ainsi
jouer dans de meilleures conditions. Le mouvement de la promotion du foot féminin de Katana, sous l’impulsion de notre ami Paul et ses entraîneurs fait des émules…. j’en suis très heureuse car les filles africaines ont peu de possibilités d’épanouissement personnel et sportif. Elles sont la plupart du temps astreintes aux
tâches ménagères, porteuse des récoltes des parents, porteuse d’eau et de bois de chauffage, porteuse des petits frères et soeurs… pas de temps pour le jeu et les distractions.

La problématique principal du sport est le port de shorts…. ici, rares sont les filles qui portent des pantalons ou montrent leurs jambes… elles sont couvertes par les pagnes et les jupes… Il faut donc transgresser les coutumes et oser porter le short.

Je vais donc saluer les joueuses et surtout les encourager. Elles sont contentes du matériel mais bien évidement, me demandent de leur fournir des souliers de foot….
elles vont donc toutes jouer pieds nus sur un terrain difficile, avec de l’herbe haute par endroit jusqu’aux genoux. Mon travail de récolte de matériel reprendra donc dès mon retour en Suisse…. il faudra organiser des récoltes dans les clubs, recontacter les magasins de sport, les asso de foot régionaux…. je sais que je peux compter
sur le soutien des clubs et des amis…. la demande est tellement grande et lorsque je vois l’impact que le sport peut amener dans cette région meurtrie et  pauvre matériellement…. nous prônons vraiment que le sport est un vecteur des valeurs morales, du RESPECT, de la non-violence, de l’importance d’une bonne communication, de la SOLIDARITE par un esprit d’équipe, un but…. UN SEUL BUT !!!

Le match se découle sous le regard de centaines de spectateurs, beaucoup d’enfants (les familles sont nombreuses ici… il n’est pas rare d’avoir entre 5-18enfants !) des femmes endimanchées avec leur robes et boubous colorés, les hommes bien habillés également… tout le monde y va de son petit commentaire, les rires fusent lorsque les filles tombent, les encouragements lorsque les actions sont bien menées ou physiques…. les filles ne badinent pas …. elles prouvent que le foot féminin a sa place dans ce monde masculin !!! MERCI les filles.

 

Petite anecdote : la voiture, qui était sensée être la plus sûre pour le voyage est déja tombé en panne à notre arrivée et au moment de repartir…. pas moyens de
faire démarrer le moteur…. c’est donc sous un soleil de plomb que nous avons attendu que les mécanos trouvent la panne…. en fait il s’agissait de la batterie qui était déchargée. Sur le chemin du retour, nous  nous arrêtons encore 2x pour saluer des personnes…. nous arrivons donc fourbus mais heureux de notre journée.

Tournoi de l’ECOFOOT de Katana, club pionnier dans le Sud Kivu

Tournoi de l'ECOFOOT de Katana, club pionnier dans le Sud Kivu dans droits de l'homme la-grande-famille-de-leco-foot-de-katana-150x150 anselme-et-les-jeunes-150x150 dans l'aventure des maillots de foot check-avec-lequipe-feminine-katana1-150x150 dans promotion du sport dans la région des Grands Lacs ecofoot-katana1-150x150 dans voyage sud Kivu-Burundi 2013 ecofoot-mugeri1-150x150 

 

Samedi 16 février : tournoi de l’ECOFOOT de Katana

Tôt le matin, nous nous retrouvons avec Victoire, Paul, Anselme et Christine pour confectionner le logo de l’ECOFOOT KATANA. Victoire, jeune et talentueux artiste ( musique et danse) fait d’abord un croquis et dessine ensuite le fruit de son oeuvre sur un drap blanc. Nous y ajoutons de la couleur… puis direction le terrain de Mugeri ( à 4-5km) pour une animation sportive et surtout 3 matchs de foot : 6 équipes seront présentes, 2 équipes féminines, 2 équipes junior -15ans et 2 équipes de -18ans.

De 09h30 à 16h30 nous vivrons au rythme des ballons, des actions sur le terrain, des encouragements, des dribles et des buts…. la fête du FOOT est belle et colorée car chaque équipe se démarque avec leurs nouveaux équipements… arrivés récemment de Suisse !! c’est la fête de la solidarité puisque les maillots de Cortaillod, de Neuchâtel  XAMAX, de St-Maurice, de Marin ont trouvé de nouvelles épaules ….

Pour bien marqué l’esprit d’équipe les entraîneurs et Paul ont organisé un petit repas pris par tous à la fin du tournoi…. du riz et des haricots !!

A noter que les filles qui jouent au foot sont des pionnières ici et bravent les préjugés et coutumes.
Au début de l’Ecofoot, les joueuses ne voulaient pas s’entraîner en short… cela n’est pas autorisé pour les filles… au fur et à mesure elles ont accepté. A l’arrivée de chaque nouvelle joueuse, les entraîneurs doivent d’abord aller parler avec les parents…. ensuite la fille peut jouer !!

Je les encourage vivement à vivre leurs rêves …. et à pratiquer ce sport.

Nouvelle anecdote : les chaussures de foot sont mises dans un grand carton et les joueurs viennent chercher une paire… après le match, ils viennent rendre la paire
pour les joueurs suivants…. c’est juste incroyable !! Ici pas d’individualisme et d’égoïsme…. tout se partage !!

Je voudrais rendre hommage ici à toutes les personnes qui s’engagent au service des jeunes et des enfants : en premier lieu, l’abbé Paul… un passionné de foot et de sport….. avec lui RIEN N’EST IMPOSSIBLE… comme le dit Doudou dans le film AFRICA UNITED !!!  Paul rêvait depuis longtemps de proposer du sport et du foot dans son école et l’arrivée du  matériel lui permet de réaliser son projet !! Il s’est inspiré de notre ami Gervais du Burundi… c’est cela le jeu collectif !! Ensuite, il y a John, Gilles, Anselme, Luc… les enseignants qui se mobilisent, consacrent leurs soirées et leurs week end pour que ces jeunes sportifs puissent jouer  des matchs. Ici au sud Kivu, tout est compliqué… il faut louer des bus pour déplacer les équipes, les routes sont difficiles, cela prend des heures pour quelques km… !! malgré tous ces obstacles, ils trouvent l’énergie, la volonté et le courage de le faire : pour offrir à leur jeunesse un avenir meilleur, un peu de bonheur dans la noirceur du quotidien…. BRAVO à tous nos amis sportifs et engagés…

Nous terminons la journée fatigués mais HEUREUX !!

J’en profite pour remercier tous les donateurs de matériel…..les clubs de Suisse romande, les magasins de sport , les écoles, les amis…. je peux vous garantir que CHAQUE MAILLOT , CHAQUE BALLON, CHAQUE SOULIERS DE FOOT, TENUE D’ARBITRE, EQUIPEMENT DE GARDIEN, MATERIEL D’ENTRAINEMENT…Sans oublier le matériel scolaire : dictionnaire, livre de conjugaison….chaque objet est apprécié et accueilli comme un trésor !

La joie et la fierté illuminant leurs yeux et leurs visages est le plus beau remerciement et je vous le partage par les mots et les photos.

 

 

Cours sur le sport : hygiène du sport, stretching, cours de massage et soins et valeurs pédagogiques et sociales du foot

Cours sur le sport : hygiène du sport, stretching, cours de massage et soins et valeurs pédagogiques et sociales du foot dans droits de l'homme cours-sur-le-sport-le-massage-sportif-150x150 etudiants-studieux-150x150 dans l'aventure des maillots de foot avec-pascal-joueur-talentueux-et-gille-entraineur-150x150 dans promotion du sport dans la région des Grands Lacs technique-de-bandage-150x150 dans voyage sud Kivu-Burundi 2013 valeurs-pedagogiques-du-sport-150x150 demonstration-massage-150x150 tous-devant-la-video-de-babou-150x150 la-cooperation-ca-sapprend-tot-150x150 les-5-c-lorsque-jai-un-conflit-150x150 jeux-cooperatifs-pour-batir-la-paix-150x150 pour-apprendre-a-vivre-ensemble-150x150 valise-de-soins-perskindol-pour-les-sportifs-congolais-150x150 7-attitudes-face-a-la-violence-150x150

 

Vendredi 15 février 2013, école de Katana

Au programme ce matin : cours sur le sport, hygiène du sport, stretching,blessures, cours de massage et de soins et valeurs pédagogiques et sociales du foot.

Une quinzaine de jeunes de l’Eco foot, les capitaines, les entraîneurs, les enseignants et Paul sont venus et dans une ambiance détendue, je leur ai parlé du sport, de
l’expérience que j’ai avec nos enfants sportifs, surtout celle de Babou dans le centre de formation de Payerne…

L’intérêt était grand et les questions pertinentes…sur des thèmes qui étaient encore inconnus dans cette région du monde, où la guerre et l’insécurité, la misère et la faim, la violence et le non respect des droits de l’homme ravage le pays depuis trop longtemps. Ces jeunes se battent chaque jour pour manger, étudier….pour vivre simplement leur vie d’enfant… Comment ne pas comparer leur vie et celle de nos enfants en Suisse ??!! Je réalise le fossé qu’il y a entre nos 2 mondes, même si tout n’est pas facile chez nous.

Lorsque je leur parle de l’importance d’une bonne alimentation…. que leur dire de manger quand on sait que leur nourriture principale est la pâte de manioc, le riz et les haricots ?? pas question de steack, de pâtes, de produits isotoniques, de barres de céréales et de chocolat…. nous réfléchissons ensemble quel serait le repas idéal avant les matchs par exemple. Nous trouvons ensemble les solutions et c’est merveilleux… notre devise ON JOUE COLLECTIF fonctionne une fois encore.

Idem concernant l’hydratation …. ici, pas de jus de fruits à profusion, de boissons énergisantes, de thé à la mi-temps, de verre de lait pour consolider les os et favoriser
la croissance…. les filles chaque jour vont puiser l’eau et la ramène dans des bidons de 10litres…. elles les portent sur le dos avec des lanières sur la tête… je ne suis pas sûre de réussir à porter le bidon sur 100 mètres et elles  font parfois 5 km…sans parler que les fillettes de 4 ans portent leur petit frère et soeur dans le dos pendant que la maman est aux champs pour récolter le seul repas du jour….

Nous élaborons une recette locale pour les joueurs-joueuses : eau avec un peu de sucre, sel, jus d’agrumes….les fruits poussent à profusion toute l’année !!

Ah oui encore une histoire hallucinante : nous avons reçu d’un ami jurassien des porte-gourdes et des gourdes…. vous n’imaginez pas la joie délirante …. ils n’avaient jamais vu de gourdes par ici… ENFIN ils pourront boire pendant les entrainements et les matchs…. comme quoi un petite chose peut produire un grand bonheur…

Bref, nous passons aux explications des blessures provoquées par le sport, l’importance de faire du stretching ( ils ne connaissent pas cette pratique) ,cours et démonstration du massage sportif et des soins.

A nouveau beaucoup d’intérêt de part et d’autre… des questions sur l’utilisation de la mallette de soins Perskindol que j’ai pu acheter grâce à des dons de nos amis… idem pour les tubes de Perskindol … nous chercherons auprès d’un ami pharmacien de KATANA comment confectionner des pommades avec les plantes locales….

Je ne peux terminer mon petit cours sans leur parler des valeurs sociales du sport, de l’importance du respect, de l’esprit d’équipe, de la non violence … du rôle
qu’ils ont dans la société… des affiches et du matériel pédagogique a été apporté et les enseignants prendront le relais.. Je cite ce joueur talentueux que je respecte beaucoup pour son engagement : Lilian Thuram :

Le foot est avant tout une incitation à progresser en tant qu’homme, à vous inscrire dans un groupe ayant des objectifs
communs. Il ouvre à des personnes de cultures diverses, à des points de vue, des habitudes et des préjugés différents.

Vivre ensemble, se connaître et se respecter  s’apprennent progressivement. Comme la musique, le sport et le football   

porteurs de valeurs universelles et humanistes.

Lilian Thuram,
Manifeste pour l’égalité

Belle matinée riche en rencontre, discussion et partage des connaissances. Je leur montre ensuite les vidéos de Babou au jonglage et lors de ses prestations en équipe de Suisse… les jeunes sont subjugés !! Babou est une petite star ici et est un modèle !! je suis fière de ma famille sportive.

retrouvailles chaleureuses avec les amis congolais et burundais autour D’UN BALLON DE FOOT

retrouvailles chaleureuses avec les amis congolais et burundais autour D'UN BALLON DE FOOT dans l'aventure des maillots de foot feerique-lac-kivu-150x150 paysage-escarpement-150x150 dans promotion du sport dans la région des Grands Lacs les-amis-congolais-150x150 dans récit de voyage les-amis-a-lhotel-bujumbura-150x150 dans voyage sud Kivu-Burundi 2013 les-amis-burundais2-150x150  adrien-et-paul-organisateurs1-150x150

B u k a v u ,   m a r d i   5   f e vr i e r   2 0 1 3 , 0 8 h 3 0

A d m i r a n t   l e   p a y s a g e  m e r v e i l l e u x   q u i   e s t   d e v a n t   m e s   y e ux ,   a g r é m e n t e   p a r   u n   f o n d   d e   m u s i q ue   c o n g o l a i s e . . . . . . . . . . . .   j e   r é a l i se   q u e   j e   s u i s   a u   b o u t   d u   m o n d e   e t   su r t o u t ,   q u e   m e s   r ê v e s   d e   p a r t a g e r  l a   v i e   d e   n o s   a m i s   c o n g o l a i s   s o n t   de v e n u s   r é a l i t é   ! !   J e   s u i s   s u r   la   t e r r a s s e   d e   m o n   1 e r   l i e u   d e   v i e , l a   p a r o i s s e   d e   n o t r e   a m i   A d r i e n ,   à
B u r h i b a .

Q u e   d e   c o n t r a s t e s   et   d e   c h a n g e m e n t s . . .   j e   s u i s   p a s s é e d e s   f l o c o n s   d e   n e i g e   q u i   v e n a i e n t  s ‘ é c r a s e r   s u r   l e   p a r e – b r i s e   d e   l a  v o i t u r e   d i m a n c h e   m a t i n   l o r s q u e   m o n  p e t i t   m a r i   m ‘ a   a m e n é   à   l ‘ a é r o p o r t . . . à   u n   s o l e i l   t r o p i c a l   e t   u n e   t e mp é r a t u r e   d e   2 5   d e g r é s . . . .

D è s   l a   s o r t i e   d e   l ‘a v i o n ,     j ‘ a i   r e t r o u v é   e t   r e s s e n t i  m e s   é m o t i o n s   a f r i c a i n e s . . . .

A   l ‘ i n s t a n t ,   u n   i m me n s e   h é l i c o p t è r e   b l a n c   p a s s e   s u r   le   l a c   K i v u . . . . .   a s s e z   i r r é e l . . . .   et   e n   m ê m e   t e m p s ,   p a s   t r è s   é t o n n a nt   l o r s q u e   l ‘ o n   c o n n a i t   t o u t e s   l e s   ri c h e s s e s   q u i   h a b i t e n t   l e   s o l   c o n g o la i s   ! !

L a   v i l l e   d e   B u k a v u  f o u r m i l l e   d e   p a r t o u t   ! !   l e s   g e n s m a r c h e n t   d e   t o u s   l e s   c ô t é s   d e   l ar o u t e ,   p o r t a n t   s u r   l e u r   t ê te   l e u r  b a l u c h o n ,   l e u r   r é c o l t e   d e   b a n a n e s  o u   d e s   t i s s u s . . . .   d a n s   l e   d o s   d e s   fe m m e s ,   d e s   i m m e n s e s   p a n i e r s   r e m p l i s  d e   t u b e r c u l e s   d e   m a n i o c   o u   d e   m a ïs . . . .   l e s   e n f a n t s   c o u r e n t   p a r t o u t  ! !

L e s   b a t e a u x   v i e n n e nt   a c c o s t e r   a u   p o r t ,   a v e c   l e u r   c h a r ge m e n t   h u m a i n   e t   m a t é r i e l   ;   l e s   fe m m e s   v i e n n e n t   v e n d r e   l e u r   r é c o l t e,  l e u r s   o e u f s   . . . .   l e s   h o m m e s   d é c ha r g e n t   d e   l o u r d e s   c a i s s e s   d e   b i è r e. . . .   i l   f a u t   d i r e   q u e   l e s   b e l g e s   ont   a u   m o i n s   l a i s s é   c e l a   e n   A f r i q u e  d e   l ‘ E s t . . . .   s a n t é   ! !

M a i s   r e v e n o n s   à   m o n  a r r i v é e   à   B u j a . . . . . . .   j ‘ e n   s u i s   en c o r e   é m u e   ! !   d e s c e n t e   d e   l ‘ a v i on   o ù   l a   c h a l e u r   é t o u f f a n t e   a   c o n f ir m é   q u e   l e s   h e u r e s   d e   v o y a g e   é t a i en t   t e r m i n é e s   e t   q u e   j ‘ é t a i s   b i e n   en   A f r i q u e . . . . .   j e   l ‘ a i   d i t   d e s   c e n t
a i n e s   d e   f o i s   c e s   d e r n i è r e s . . .   e t  c e t t e   f o i s ,   ç a   y   é t a i t .   C o m m e   m e s d o c u m e n t s   a d m i n i s t r a t i f s   s o n t   e n   r èg l e ,  les fo r m a l i t é s   d o u a n i è r e s   s e  d é r o u l e n t   r a p i d e m e n t   e t   c a l m e m e n t  !

2   é t a p e   :   r é c u p ér e r   m e s   3   v a l i s e s   e t   e n   t o u t   =   8 0   kg   d e   m a t é r i e l   m é d i c a l – s p o r t i f – p é da g o g i q u e . . .   c e l a   s ‘ e s t   f a i t   s a n s   di f f i c u l t é s   e t   u n   p o r t e u r   t r è s   s y m pa   m ‘ a   a i d é   à   s o r t i r   . . . .

G r a n d   m o m e n t   d ‘ é m o ti o n   l o r s q u e   j e   v o i s   d e s   v i s a g e s   c o nn u s   e t   a c c u e i l l a n t s . . . . .   i l s   s o n t   TO U S   l à . . .   l e s   a m i s   b u r u n d a i s   e t   c on g o l a i s   ! ! !   u n e   v r a i e   d é l é g a t i on   ! ! !   p o u r   c e r t a i n s ,   c e l a   f a i t   4 a n s   q u e   n o u s   n e   n o u s   s o m m e s   p a s   r e
v u s ,   p o u r   d ‘ a u t r e s   q u e l q u e s   m o i s   o u  u n i q u e m e n t   p a r   m a i l . . . .   q u e l l e   e f fu s i o n   d e   m e s s a g e s   a m i c a u x   e t   g é n é r
e u x   ! !   J a m b o ,   b i e n v e n u e ,   K a r i b u .. . .   a m a h o r o . . .   d a n s   t o u t e s   l e s   l a n gu e s   . . .   e m b r a s s a d e s ,   a c c o l a d e s . . . .  w a o u w . . .   q u e l   a c c u e i l   ! !

N o t r e   jo y e u s e   p e t i t e   t r o u p e  s ‘e m b a r q u e   d i re c t i o n   l e  c e n t r e   d e  B u j u m b u r a , d i r ec t i o n    l ‘ h ô t e l ,   r é s e r v é   p a r   l e s   bons   s o i n s   d e   n o t r e   a m i   j o u r n a l i s t e  A u d a c e .   R a s s e m b l é s   a u t o u r   d ‘ u n e   g ra n d e   t a b l e ,   n o u s   f a i s o n s   c o n n a i s s a n
c e s   l e s   u n s   d e s   a u t r e s . . .   l e s   r i r e s  f u s e n t   d e   p a r t o u t ,   l e s   n o u v e l l e s   ci r c u l e n t   d ‘ u n   b o u t   d e   t a b l e   à   l ‘ a ut r e . . . . .   j e   l e s   r e g a r d e   t o u s   l e s   u ns   a p r è s   l e s   a u t r e s   e t   j e   r é a l i s e   la   c h a n c e   q u e   j ‘ a i   d ‘ ê t r e   i c i   e t   l e b o n h e u r   p a r t a g é   ! !

l ‘ A M I T I E   N ‘ A   A U C U N E  F R O N T I E R E   ! !

A   t r a v e r s   m a m a n   V é ro ,   D a   V é r o . . . .   c ‘ e s t   t o u t e   l a   f a m il l e   O b e r l i   q u e   j e   r e p r é s e n t e ,   c ‘e st   P a t r i c k ,  L a u r e ,  T h i b a ud   e t   B a b o u .. . .   c ‘ e s t   l a   f a m i l l e ,   c ‘ e s t   l e s   a m is   s u i s s e s   q u i   n o u s   a c c o m p a g n e n t   d a ns   n o s   p r o j e t s   e t   n o u s   s o u t i e n n e n t   in l a s s a b l e m e n t . . . . . . . . . .   c ‘ e s t   l a   f ol i e   d e   l ‘ a m i t i é   ! ! !  e t   b i e n   s û r   n o u s   év o q u o n s   c e   q u i   n o u s   r a s s e m b l e   d e p u is   2 0 0 7   :   u n   B A L L O N   D E   F O O T . . . .   u n   b a l l o n   d e   f o o t   q u i   a   c r é e   u n e   éq u i p e   m u l t i c u l t u r e l l e   e t   m i x t e ,   u n e  é q u i p e   qui   j o u e   u n   J E U   C O L L E C T I F  e t   s o l i d a i r e ,   u n   j e u   b a s é   s u r   l e s  r è g l e s   d u   p a r t a g e   d e s   v a l e u r s ,   d e  l ‘ e n t r a i d e   e t   d e   l ‘ o u v e r t u r e   !

J e   r e p e n s e   à   c e r t a in e s   r é a c t i o n s   q u a n t   à   n o t r e   r é c o lt e   d e   m a t é r i e l   d e   s p o r t . . . .   o u i ,   no u s   e n v o y o n s   d e s   b a l l o n s   d e   f o o t ,   de s   é q u i p e m e n t s   d e   s p o r t…  c e l a   pe u t   p a r a î t r e   b i e n   f u t i l e   e t   n o n   p ri o r i t a i r e   f a c e   à   d e s   p r o b l è m e s   d r ama t i q u e s   d e   s a n t é   e t   d ‘ é d u c a t i o n   da n s   c e t t e   r é g i o n   d e s   G r a n d s   L a c s , r o n g é e   p a r  l e s   c o n f l i t s   e t   l e s   g u er r e s . . .  m a i s   u n   b a l l o n   p e u t   a u s s i   êt r e   p o r t e u r   d ‘ e s p o i r   e t   d e   p a i x  ! !   a l o r s ,   j e   s u i s   f i è r e   d e   c o n t i n ue r   c e t t e   d é m a r c h e   u n   peu   f o l l e . . . . U N   S E U L   B U T     p o u r   t o u s   ! !

J e   s u i s   f i è r e   c o m m e  u n   p a l m i p è d e   (   c i t a t i o n   d u   f i l m   Af r i c a   U n i t e d )   d e   v o i r   l e s   m a i l l o t s e t   t ‘ s h i r t   p o r t é s   a v e c    fi e r t é   e t   no b l e s s e . . .   j e   s u i s   f i è r e   e t   r e c o n na i s s a n t e   à   t o u s   n o s   d o n a t e u r s   d ‘ a vo i r   f a i t   c e   g e s t e . . . .   s i m p l e   m a i s   t
e l l e m e n t   i m p o r t a n t   i c i . .  j e   s u i s  f i è r e   e t   é m u e   d e   v o i r   l e   s é r i e u x  e t  l a   r i g u e u r   m i s   d a n s   t o u s  l e s   p r oj e t s   d e  spo r t ,   m a l g r é   l e s   d i f f i c u lt é s   r e n c o n t r é e s   s u r   l e   t e r r a i n   p a r  n o s   a m i s   e n t r a î n e u r s   e t   e n s e i g n a nt s ..   j e   r e m e r c i e   P a t r i c k   e t   l e s  e n f a n t s   d e   c o n t i n u e r ,   m a l g r é   l ‘ e n va h i s s e m e n t   d e   n o t r e   m a i s o n   a v e c   l ‘ ar r i v é e   d e   m a t é r i e l ,   l e s   p i l e s   d e   m
a i l l o t s   e t   c h a u s s u r e s   a u   m i l i e u   d u  s a l o n , u n e   m a m a n   q u i   p a s s e   c e r t a i n es  d e   c e s   j o u r n é e s   d a n s   l e   g a r a g e   po u r  e mp a q u e t e r . . . . j e   l e s   r e m e r c i e   de   c o n t i n u e r   c e t t e   a v e n t u r e ,   e l l e   n ‘a   p a s   d e   p r i x   ! !

U n   b a l l o n   d e   s p o r t  a p p o r t e ,   e n   p l u s   d ‘ u n e   a c t i v i t é   p hy s i q u e   e t   u n   a m u s e m e n t ,   u n   a p p r e n t is s a g e   d e   g r o u p e ,   d e   p a r t a g e . . .   l e   fo o t   s e   j o u e   à   2   é q u i p e s ,   à   2 x   1 1  j o u e u r s   q u i   d o i v e n t   j o u e r   e n s e m b l e  e t   c o l l e c t i f   p o u r   a r r i v e r   à   u n   b u t. . . .   u n   s e u l   b u t . . . . .   ! !   u n   b a l lo n   p e u t   a p p r e n d r e   à   c o m p t e r   ( i l   fa u t   s a v o i r   c o m p t e r   l e s   b u t s   p o u r   c on n a î t r e   l e   r é s u l t a t   f i n a l . . .a h a ha ) i l   f a u t   c o n n a î t r e   l e s  r è g l e s  e t  l e s   r e s p e c t e r . . s i n o n   l ‘ a r b i t r e  j o u e r a   s o n   r ô l e   e n   s i f f l a n t   e t   s o rt a n t   s e s   c a r t o n s .   L a   v i e ,   c ‘ e s t   l a  m ê m e   c h o s e . . . . .   n o u s   n e   s o m m e s   p a s  s e u l s ,   n o u s   v i v o n s   e n   g r o u p e ,   a v e c
d e s   c o é q u i p i e r s   e t   d e s   r è g l e s   à   re s p e c t e r . . .

V o i l à ,   j e   r e s s e n s   do n c   a u t o u r   d e   c e t t e   t a b l e   t o u t e s   c es   é m o t i o n s . . . . . . . . . . . . . .   e t   d e s   é mo t i o n s   j e   v o u s   e n   p r o m e t s   e n c o r e   b ea u c o u p .

J ‘ e n v o i e   u n   p e u   d e  s o l e i l   e t   d e   c h a l e u r   a f r i c a i n e   e n   pe n s é e s   e t   j e   m e   p r é p a r e   à   d é c o u v ri r   l a   v i l l e   d e   B u k a v u .

 

 

 

récit de mon voyage au sud Kivu (CONGO) et au Burundi en faveur de nos projets sport-éducation-santé

Je vous offre ici le fil de mon voyage au sud Kivu, Congo et au Burundi durant le mois de février 2013

Durant 1 mois, amitiés et émotions ont été légion. Elles sont nées d’une passion commune : le développement des valeurs et de la solidarité au moyen du sport, en particulier du football.

De la prison de Bukavu, aux écoles de  Katana, en passant par Walungu, Murhesa, Kabare, Buniakiri,  Mugeri…. ces instants magiques témoigent de la force du partage du matériel sportif récolté en Suisse romande.

123



" Qui voyage ajoute à ... |
LOCATION MAISON DE VACANCES... |
Les randos de Jérome et Vir... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Voyage en équateur
| Les frenchies chez les Roug...
| BLEU MARINE