Derniers jours de notre voyage au Congo entre joies et peines

Laure et Moïse rayonnantVianney et le jeune footballeur aveuglevisite des malades du Dr Jeff à Heri Kwetu les enfants handicapés d'Heri kwetu

Derniers jours de notre voyage au Congo entre joies et peines

 

Le réveil n’a même pas besoin de sonner… je suis réveillée et je me lève à 05h30 car mon premier patient arrive à 06h00. En pagne africain, je l’attends dans ma salle d’infirmière. Sa 1ère question : tu étais où Da Véro depuis plusieurs jours ? En effet, nous avons beaucoup beaucoup voyagé cette semaine, sur les routes rouges et sinueuses des collines verdoyantes pour rendre visite aux écoliers, clubs de sport, à la prison et hôpitaux bénéficiaires d’UN SEUL BUT.

Mais revenons à sa plaie. Elle évolue favorablement mais lentement. Je lui redonne du matériel pour poursuivre les pansements mais lorsque je lui dis que nous partons demain il est triste… qui va me soigner Da Véro si tu pars…. je lui explique que nos famille, nos amis, mes malades et mes élèves de français m’attendent en Suisse, mais que nous serons toujours ensemble : TUKO PAMOJA.

A peine la porte refermée, et un chai à la main, j’entends quelqu’un m’interpeller par la porte : Da Véro, ta petite Jasmine est là. C’est la petite protégée de Laure , Jasmine, sa soeur et sa maman.

Jasmine et sa peau si abîmée par l’excéma. Après quelques progrès, sa peau est à nouveau lésée, très très sèche et rugueuse. J’ai parlé avec mes amis médecins congolais et ils pensent que c’est un excéma grave. Je ferai tout mon possible pour trouver les médicaments ( antibiotiques et pommade) pour cette petite princesse fragilisée, voir même je consulterai un dermato à Neuchâtel. Jasmine,très timide ne parle presque pas mais elle a voulu à tout prix offrir des cadeaux à tantine Laure et son infirmière Da Véro. De très beaux cadeaux en bois, artisanat local. Celui de Laure est un beau poisson, coupe à fruits et quand Laure se mariera elle pensera toujours à sa petite amie, et pour moi, un cadre avec des mamans affairées à moudre du grain dans un grand plat : c’est Da Véro qui prépare les médicaments et pommade pour Jasmine et tantine Laure qui l’aide…… des larmes de bonheur dans les yeux , nous serrons notre petite princesse en rose. Il n’y a pas de plus grand bonheur que celui de donner mais aussi d’accueillir et recevoir des MERCIS, des sourires et des petits cadeaux remplis d’amitié et de joies. Notre princesse part à l’école. Juste le temps de prendre une douche froide et voici mon 3ème patient. Un travailleur de notre ami Adrien, qui décharge le container à peine arrivé à Bukavu. Il souffre du dos, comme beaucoup de personnes. Encore une fois, j’offre mes mains sur ce dos fatigué et douloureux. Le Perskindol fait son effet…. je crois que je vais demander du sponsoring car tant de mes patients ont vu leur vie changer avec cet petit tube jaune.Quelques amis, rencontrés durant notre périple viennent nous saluer et nous dire au revoir. Laure a pris la poudre d’escampette ce matin…. elle a la joie de visiter un zoo avec des singes et reptiles avec d’autres amis. Malgré le fait de circuler encore une fois sur des routes difficiles, elle est ravie de cette excursion et je « lui donne volontiers congé ».

 

Nous nous préparons à aller au centre Heri Kwetu, un centre pour handicapés au centre de Bukavu. Hier déjà nous y étions déjà et grâce au Dr Jeff, nous avons pu visiter les enfants aveugles, sourd-muet, les enfants et adultes opérés des pieds bots, des malformations, des traumatismes médullaires tels que paraplégie ou tétraplégie. C’est très dur émotionnellement mais la joie des enfants est si grande et vraie que nous avons vite refoulé nos larmes pour rire avec eux.

Une nuée de petites mains viennent vous saisir, vous touchent la peau comme s’ils voulaient voir si le blanc était réel…. ils aiment caresser nos cheveux et remettent en place mes mèches folles. Avec notre guide, qui opèrent tous ces enfants, nous allons de dortoirs en dortoirs, dans la cuisine. Là un jeune garçon commence à s’agiter sur sa chaise haute. C’est Moïse , un enfant abandonné à la naissance ; il ne pesait que 2 kg !! avec l’amour des soignants et de l’équipe d’Heri Kwetu, Moïse a pu grandir et s’épanouir, malgré un grand handicap mental. Ses cris de joie nous prouvent que nos visites apportent un peu de réconfort et des étincelles de bonheur.

Il est de temps de visiter les locaux de soins, salles de kiné ….. là, rien mais rien de comparable à nos structures suisses. De vétustes installations sont là, souvent en bois attendent les dizaines de patients qui viennent faire de la kiné. Je ne peux m’empêcher d’être triste devant ce fossé immense entre nos 2 continents…. et cela m’encourage à continuer jour après jour à récupérer tout matériel de soins, de kiné, de gym chez nous.La salle de fabrication des plâtres et prothèses est elle assez moderne et de belles jambes artificielles sont en pleine confection. Cela peut paraître barbare et indécent, mais je vous jure que lorsque une personne qui n’a jamais pu marcher, qui se traînait sur les mains voit sa vie transformée avec une jambe en métal et plastique. ETRE DEBOUT , ETRE LA TETE HAUTE….. pour affronter la vie et ne plus ramper comme un petit animal blessé. Chaque personne est une histoire sacrée et c’est à nous de faire en sorte de leur apporter aide, compassion et humanité.

La nuit tombe et nous devons prendre congé de nos petits amis fragilisés. Il est difficile pour nous de les quitter. Un jeune aveugle joue au foot avec son copain……improbable me direz-vous !! et bien non ! Dans le ballon de foot il y a quelque chose qui fait du bruit et permet au jeune aveugle de se diriger en qq secondes sur le ballon. Ses sens ont été modifiés et donc celui de l’ouïe est décuplé.

Aujourd’hui donc, nous allons avec mon ami Adrien acheter des objets confectionnés dans les ateliers d’Heri Kwetu….. poupées africaines aux couleurs chatoyantes, animaux, sacs, bijoux…. un vrai bonheur. Je suis heureuse de mes achats tout en sachant que l’argent sera bien investi.

Je ne suis pas venue les mains vides…. quelques ballons, orange, bleu et rose accompagnent un beau ballon de foot (Kabumbu) et une corde à sauter. La responsable, une soeur italienne âgée est heureuse. Son beau sourire se fane lorsqu’elle parle de la situation de précarité dans laquelle le peuple congolais du sud Kivu doit faire face. Notre pays s’embellit et s’enrichit mais notre population se meure….. nos enfants meurent comme de mouches, affamés  et terrassés par les maladies. Nos dirigeants se remplissent les poches et les citoyens n’ont RIEN. Nous avons choisi ce pays et nous souffrirons avec nos gens jusqu’au bout.

 

Des larmes de joie et de chagrin inondent mon coeur. Oui, ce pays est rempli de contrastes, de beautés et d’horreurs, de gens formidables prêts à sacrifier leur vie et d’autres prêts à tuer père et mère pour un bout de pain ou quelques dollars mais :

 

« La sagesse de la joie nous incite à vivre au coeur du monde pour en épouser les contradictions et tenter d’être un levain dans la pâte afin de contribuer à sa transformation.

La sagesse de la joie rime avec ENGAGEMENT.

Frederic Lenoir

 

 

0 Réponses à “Derniers jours de notre voyage au Congo entre joies et peines”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




" Qui voyage ajoute à ... |
LOCATION MAISON DE VACANCES... |
Les randos de Jérome et Vir... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Voyage en équateur
| Les frenchies chez les Roug...
| BLEU MARINE